Début septembre 2018, un grand : « Hello » suivi par un grand : « Hola » m’interpelle devant la porte de mon atelier. C’est Nikole. Elle : « viene del Perú », et vient de s’installer, pour 1 an, dans la Cité médiévale de Pérouges. Je sors rapidement des tiroirs de ma mémoire, mes connaissances en anglais et en espagnol, et, en mixant le tout, nous entamons une discussion autour du vitrail. Elle en est passionnée. Muy bien. Elle veut l’apprendre. Very well. Nos disponibilités respectives sont les mardis matins, de 9h à 11h. Il lui en faudra seulement 12 pour réaliser sa première pièce : El vernado (= le cerf).

Pour son premier cours, elle était venue, comme convenu, avec un projet. La tête de cerf, qu’elle a dessinée en s’inspirant d’une des grottes de Lascaux et d’une autre, extraite d’une tapisserie médiévale, me laisse perplexe. Déjà, parce que, la ramure présente des découpes de pièces trop concaves, ensuite parce que, parmi les 56 verres que comptera ce panneau n’excédant pas : 24,5 cm x 27 cm, certains relèvent d’un travail d’orfèvre !  Et cela tombe bien, Nikole, travaille justement comme une orfèvre. A un point tel, qu’après avoir vérifié si chacune de ses pièces du damier, formant le poitrail de l’animal, s’ajustait parfaitement à celles de son plan de montage, je lui demandais si dans sa vida anterior, elle n’avait pas été verrière ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *